lundi 18 avril 2011

L'Afrique et ses séries télés

Les séries télévisées africaines sont l'un des meilleurs véhicule de la culture africaine, malheureusement elles ne parviennent pas jusqu'à nous.

Une des séries qui a eu le plus de succès ces dernières années, c'est la série Ma famille: série  ivoirienne.

Elle s'est arrêtée en 2007 mais a eu un énorme succès à travers l'Afrique francophone. A travers cette série on rentre dans le quotidien de deux familles ivoiriennes, auxquelles le téléspectateur africain peut s'identifier.
Mais ce qui la différencie des autres n'est pas que son succès. C'est la première série qui a montré qu'il existait une audience africaine pour une série 100% africaine, qu'il existe donc un créneau africain : surtout lorsque l'on sait que Ma famille  était diffusée à des heures de grande écoute.
Pour en voir un extrait vous pouvez aller sur le site de TV5MONDE, ils vous proposent des épisodes en entier.

Une autre série ivoirienne dont je peux parler c'est NAFI : l'histoire d'une jeune fille de 18 ans qui pour continuer ses études doit  quitter ses parents à cause de leur pauvreté et de la polygamie de son père. Elle a été diffusée dans de nombreux pays d'Afrique tels que le Gabon, le Mali, le Bénin, le Cameroun et bien évidemment la Côte d'Ivoire, toujours à des heures de grandes écoutes.


Vous pouvez en voir un extrait ici.

Le problème est que comme la précédente, elle a dû être arrêté : c'est le manque de financement qui est mis en cause. Le tournage est très onéreux et bien souvent, les producteurs n'ont pas les moyens de continuer ces séries plus de 5 ans.

Ces séries représentent une véritable vitrine pour la culture africaine et certains aimeraient les exporter en Occident par exemple. Le problème est que la plupart du temps, la dimension artistique de ces séries est restreinte, par le manque d'argent mais aussi par le manque de volonté des producteurs qui considèrent les séries comme un sous-genre. On trouve donc souvent des défauts techniques comme des montages approximatifs, des images sans qualité, ou encore une direction d'acteurs hasardeuse.
C'est d'ailleurs pour ces raisons que durant le Festival Panafricain du cinéma ( Fespaco, qui dure une semaine) un laboratoire sur la critique des séries TV africaines a été mis en place. Quatre journalistes venant de Côte d'Ivoire, de Guinée, du Cameroun et du Burkina Faso travaillant sous la supervision d'un journaliste belge, Karin Tshidimba, ont regardé des séries africaines pendant une semaine afin de comprendre l'environnement de la série télé et d'élaborer le contenu d'une formation. Le but étant d'aider à la création de séries de qualité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire